rever-se-noyer

Bon, il faut que cela change ! J’ai besoin de concrétiser ma rentrée : c’est la seule raison pour laquelle j’ai hâte d’être le 28 Août pour avoir le centre de formation et savoir si je fais bien partie de la session du 20 Septembre. Je me surprends à en vouloir à mon ancien patron : il n’en menait peut-être pas large quand il a mis fin à ma période d’essai mais ce jour-là, c’est lui qui avait tous les pouvoirs sur moi et mon avenir. Il a joué avec et a fait pencher la balance du mauvais côté pour moi… avec le recul, je regretterai presque de ne pas avoir écouté ma petite voix après l’avoir rencontré en entretien de recrutement : j’avais pressenti quelque chose de faux chez lui, de pas rassurant mais je me suis laissée convaincre et avais envie de travailler pour une cause qui me touchait afin de donner enfin du sens à mes journées de boulot et là, j’avais cette opportunité !

Quand je dis que je regrette presque, c’est que je ne regrette pas tout à fait pour la simple et bonne raison que c’est ce poste qui m’a fait avoir le courage de quitter l’entreprise dans laquelle j’étais depuis 10 ans et dans laquelle je sentais que je m’éteignais à petit feu : un peu comme l’oiseau dans sa cage dorée, j’aurais pu rester et cela n’aurait pas été aussi inconfortable mais j’étais de plus en plus triste...et à l'extérieur, le ciel me semblait si bleu et si vaste à explorer que j’ai été tentée de déployer mes ailes et je me suis mise à voler ! Mais à cette heure, je me sens seule comme en plein océan en train de me noyer, à prier qu’un bateau me voit et m’envoie une bouée de sauvetage… Le temps passe et rien… mais je n’ai peut-être pas bien ou pas assez nagé ? Ou pas dans le bon sens ? Et si je persévérais, je verrais peut-être plusieurs bouées à l’horizon ?  Peut-être n’y a –t-il pas de regrets à avoir ? Il y a sûrement d’autres pistes à explorer et malgré toute ma réflexion initiée il y a un an lors de mon bilan de compétences, je n’en suis qu’aux prémices de ma reconversion… alors de nouveau patience ! Il faut à tout prix que je me vide la tête et que je me change les idées… et là, je vois la pile de linge sale comme une réponse toute trouvée à mon problème : ça y est, je l’ai ma 1ère bouée !!