2779908556_small_1

S’il y a bien quelque chose que je n’aime pas dans les vacances, c’est le retour des vacances avec tout ce que cela implique : défaire les valises, laver le linge et le repasser, le frigo à remplir, la maison à nettoyer car même en notre absence, la poussière et les moutons se sont invités dans chacune des pièces… avec en tête tous les chouettes moments partagés et déjà la nostalgie car tout est passé trop vite ! Et ce retour a, cette année, un goût particulier : une rentrée sans retour au travail… et pour autant, je n’ai pas la sensation que ce sont les vacances qui se prolongent mais plutôt celle qu’il y a comme quelque chose qui cloche.

Je me sens en anomalie et mon entourage accentue ce sentiment sans penser à mal : «  alors, ça y est, c’est fini les vacances ? Bientôt la rentrée ! Ton mari a repris le boulot ? ». Alors, je réponds gentiment mais  suis frustrée de ne pas avoir de choses concrètes à raconter me concernant, histoire de me donner une contenance. Certains s’aventurent en demandant : «  Et toi, t’as du nouveau ? ». Et bien non, je n’ai pas de nouveau : des candidatures restées sans réponse pour la plupart, une demande de formation en attente de date … ce discours ne me ressemble pas. Alors, je me console en me disant que ce n’est pas en plein mois d’Août que les choses vont bouger. Mais j’aimerais pouvoir répondre : «  Oui, j’ai du nouveau, c’est super ma formation est financée et je commence en Septembre ; je pourrai la rajouter sur mon CV : cela fera certainement la différence car elle est souvent mentionnée dans les profils demandés. En plus, je suis en attente pour une autre formation pour Décembre ; d’ici là, je suivrai une formation en Anglais car même dans les RH, maintenant, il est demandé un bon niveau d’anglais et j’ai plusieurs entretiens de prévus sur la 1ère quinzaine de Septembre !». Si seulement, c'était la réalité....