insomnie-1-1024x682

Quelle est ma voie? Il est vrai que depuis quelques années, j’ai le sentiment de me chercher, de ne pas être à ma place… ou tout au moins qu’il me manque quelque chose, que je suis en train de passer à côté de ce pourquoi je suis, de ce que j’ai vraiment envie ; j’ai beaucoup lu, échangé et les conclusions étaient toujours les mêmes : je ne serai pas dans mon chemin de vie. D’ailleurs, mon corps m’alerte depuis un certain temps : cela fait bientôt 10 ans que j’ai des troubles du sommeil. 

J’ai commencé par avoir du mal à m’endormir, puis à me réveiller à 5h du matin et à penser à ma journée et tout ce que je devais faire... ensuite mon réveil nocture était à 2h du matin où je cogitais jusqu'à ce que la fatigue me rattrape : j’en ai compté des moutons, bu des tisanes «  Nuit calme » et vu des minutes et des heures défiler pour finir par m’endormir au petit matin, à peine le temps d’avoir un cycle de sommeil avant que le réveil ne sonne ! Je ne compte pas le nombre de nuits où je tournais, virais en craignant de réveiller mon mari, où j’hésitais à ouvrir l’œil et à me lever de peur que me rendormir soit encore plus difficile. Mes soucis ont continué jusqu’à finir par me lever jusque 7 fois par nuit pour aller aux toilettes…parfois pour trois fois rien…de quoi devenir folle ! C’est simple, mon mari n’avait plus besoin de me demander si j’avais bien dormi, il avait juste à regarder la quantité de papier toilette dans la cuvette…et oui, quand on se lève jusqu’à 7 fois par nuit, on n’évite de tirer la chasse d’eau à chaque fois pour ne pas perturber le sommeil des autres membres de la famille !

La fatigue s’accumulant et les nerfs à la limite d’exploser, j’ai commencé par consulter un urologue ! Avant de tester la médecine parallèle, il fallait quand même s’assurer que toute la mécanique fonctionne bien. Avant le rendez-vous, je devais avoir bu 1 litre d’eau, un peu comme pour faire une échographie à chaque trimestre de grossesse…sauf que là, dans la salle d’attente, ce ne sont pas de jeunes mamans qui attendent en essayant de se retenir de ne pas aller aux toilettes, mais une ribambelle de personnes d’un certain âge qui se demandent bien pourquoi une jeune femme d’un peu plus de 30 ans vient consulter leur spécialiste ! Quand ce fût mon tour, l’œil étonné de l’urologue confirmait bien l’anomalie ! Après une heure d’examen, le verdict est tombé : «  tout est normal, à part peut-être votre col de l’urètre qui est un peu tendu : cela explique que votre vessie ne se vide pas complètement quand vous allez aux toilettes. »

Mon col de l’urètre ? Première fois que j’en entendais parler ! Et que devais-je faire pour le détendre, lui demandais-je, en souriant?

«  La solution ? Changer de vie ! Faîtes du yoga par exemple! »

Il a été le premier à me prescrire des somnifères afin que je récupère toutes mes heures de sommeil en retard... Depuis, je prends régulièrement des petites choses pour m'aider à mieux dormir. Alors, j'ai un rêve: celui de me coucher un jour et de ne me réveiller qu'à la sonnerie du réveil! 

Inutile de dire que je n’ai pas réussi à suivre son conseil que j’ai pris pour au 1er degré et je ne me suis pas inscrite à des cours de yoga ! Mais, à ce moment-là, je n’ai pas pris le temps d’y voir une 2ème lecture, à savoir que mon choix de vie n’était peut-être pas le bon ! Faut dire qu’à cette période, je venais d’avoir ma cadette et j’avais changé de boulot dans la foulée…pour enfoncer le clou, ma fille n’a bien voulu faire ses nuits qu’à l’aube de ses neufs mois ! Donc question nuit hachée, j’étais servie. Alors, j’ai crû qu’avec le temps, les choses allaient rentrer dans l’ordre.

Mais, vous l’aurez compris, cela n’a pas été le cas et j’ai donc consulté tout un tas de spécialistes au cours des années qui ont suivi :

- une sophrologue : une cliente de ma petite boutique souhaitait laisser des cartes de visite pour proposer ses services de sophrologue à mes clientes, la plupart des mamans. Nous avons sympathisé et je lui ai dit que moi-même je pourrais avoir besoin d'elle car mes nuits n'étaient pas top. Elle confirme que la sophrologie pour m'aider à me détendre avant de m'endormir ce qui devrait faciliter une pleine sérénité durant le sommeil. J'ai donc tenté: la 1ère séance m'a reposée et je n'ai pas vu le temps passé. Mais dès la 2ème séance, j'ai eu du mal à rester assise, à écouter ma respiration, à isoler dans ma tête chaque partie de mon corps...j'avais besoin que cela bouge... Je n'ai pas continué.

- un acupuncteur : mon beau-frère avait essayé pour diminuer la cigarette et cela avait fait ses preuves. J'ai donc tenté : l'acupuncteur m'a piqué dans le bas ventre pour agir sur la vessie. Il m'avait prescrit 3 séances pour voir un résultat. A la 1ère, rien... à la 2ème, une envie d'uriner encore plus fréquente... confirmée à la 3ème séance! Stop !

- un hypnotiseur : j'avais lu que cette médecine pouvait avoir des effets sur la qualité de sommeil, alors, j'étais prête à vivre l'expérience. Je m'imaginais m'endormir profondément et me réveiller sans trop savoir ce qu'il s'était passé... pas du tout... en même temps, j'étais persuadée de ne pas être très réceptive, tellement j'ai du mal à lâcher prise. J'ai juste été dans un état de bien-être et suivais ce que me disait la voix. Je suivais de manière conscience et j'avais tellement envie que cela fonctionne que, même si je pouvais me "réveiller" seule, je ne le faisais pas. Autant mettre toutes les chances de mon côté. Mais après 2 séances, j'ai préféré arrêter.

Conclusion : Rien n'a donc été très probant pour mon cas en dehors des anxiolytiques et des somnifères à part la médecine chinoise par un ostéopathe... Ce n'est pas tant ses manipulations qui ont fait quelque chose mais le discours et les pistes de réflexion qu'il m'a données qui ont eu un effet déclencheur chez moi...